CHRONISTOVISION MONDIAL

L’apogée de la Grèce antique

Après la victoire totale contre les Perses, Athènes entre en conflit avec Sparte, c’est la guerre du Péloponnèse...

La démocratie athéniennePericles

A la fin des guerres médiques, Athènes est devenue une place forte. Sous le pouvoir de l’archonte Thémistocle, Athènes s’impose au sein de la ligue de Délos, sorte d’alliance militaire qui se transforme en une confédération étatique soutenue financièrement, militairement et culturellement par la cité d’Athènes.

Thémistocle, chef de l’armée athénienne bien qu’ayant sauvé Athènes de l’invasion perse, est détesté par les citoyens. Il sera frappé d’ostracisme en -470 (banni temporairement de la cité). Il est même condamné à mort et meurt à l’étranger en se suicidant en -462.

En -460, sous la conduite d’Ephialtès, les Athéniens destituent le pouvoir judiciaire composé d’aristocrates au profit de citoyens  tirés au sort devenant des juges. Cette mesure est menée par Périclès.

Maintes fois réélu, Périclès instaure l’égalité de tous devant la loi et la démocratie représentative. Il meurt de la peste en -429.

Athènes vit son âge d’or. Elle accueille les plus grands artistes. Le théâtre de Dionysos, l’Acropole et le Parthénon se construisent.

 

Plus au sud à Sparte…

Dès le 9ème siècle avant JC, Sparte est une monarchie dominée successivement par deux grandes dynasties, les Agides et les Eurypontides. Au 8ème siècle avant JC, Sparte forte de son aristocratie, devient la grande rivale d’Athènes. De -660 à -640, les spartiates forts du sens de la discipline, de l’austérité et de l’obéissance contrôlent l’ensemble du Péloponnèse.

Jusqu‘à 30 ans, les jeunes gens reçoivent une formation stricte. Ils doivent devenir des soldats dévoués à la cité. Le mariage et la vie de famille n’est pas valorisés et la pratique de l’homosexualité est courante. Les femmes sont plus libres que dans les autres cités.

En -480, le roi de Sparte, Léonidas accompagné de 300 guerriers bloque l’avancée perse au Thermopyles. Tous les spartiates sont tués mais leur courage a permis aux grecs de s’armer pour la bataille de Salamine.

 

La guerre du Péloponnèse

Guerre de peloponneseAthènes veut étendre sa domination et entre en rivalité avec Sparte. C’est le début des guerres du Péloponnèse.

Rompant l’alliance avec Sparte, Athènes en -461 provoque le 1er heurt militaire avec Sparte. Les deux cités entrent en guerre à l’occasion de soutien de deux cités rivales, Corinthe et Corcyre. Athènes intervient au profit de Corcyre contre Corinthe alliée à Sparte. Athènes forme un blocus naval autour de Corinthe qui exige l’intervention de Sparte en vertu des alliances. Sparte hésite puis déclare la guerre à Athènes en -431.

Sur les quatre années suivantes, La guerre s’enlise. Les athéniens menés par Périclès dominent la mer et Sparte  gouvernée par Archidamos II est plus puissante sur terre. En -424 Thucydide historien athénien et stratège est vaincu par les spartiates. Il est condamné à l’exil.  En -421, les défenseurs de la paix arrivent au pouvoir à Athènes, une trêve est conclue. En -420, à Athènes, les partisans de la guerre reviennent au pouvoir. En -415, la situation d’Athènes s’aggrave lorsque Sparte reçoit le soutien financier des perses.  Athènes bat les spartiates en -411 à Abydos et à Cyzique en -410 mais en -407, ils sont défais à Colophon. En -405, la flotte athénienne est anéantie par Sparte. Un an plus tard, Athènes capitule.

Après la guerre du Péloponnèse, la paix reste fragile. Les autres cités hésitent à choisir entre la démocratie athénienne et l’oligarchie de Sparte. L’agitation sociale et des petites guerres civiles éclatent dans quelques cités.

Vers -400, les Perses séduisent à coup d’argent les cités grecques de les rallier. Sparte essaie de repousser les velléités des cités devenues alliées des Perses comme Thèbes, Argos, Corinthe, Athènes. Cette alliance est trop forte, en -387 la suprématie diplomatique Perse  l’emporte et les cités grecques deviennent indépendantes de Sparte.

 

 

Athènes et la culture Hellénistique

SocrateAu cours des 5èmes et 4ème siècles avant JC, la Grèce connait une innovation intellectuelle qui influence encore notre époque. Au 5ème siècle, des dramaturges comme Sophocle, Euripide ou encore Aristophane sur le mode de la comédie décrivent les forces et les faiblesses humaines. L’historien Hérodote décrit avec talent les guerres médiques. Il est considéré comme le père de l’Histoire. Thucydide suivra son chemin.

Des courants de pensée philosophique traversent ces deux siècles et marquent encore l’histoire contemporaine. PlatonDes penseurs comme Socrate, Platon et Aristote développent l’éthique comme valeur. Ils s’opposent aux sophistes attachés à l’argent et à une certaine fatalité.  Socrate est condamné à boire de la cigüe en -399 pour corruption de la jeunesse d’Athènes en enseignant le culte d’autres dieux que ceux de l’Etat. Comme beaucoup de philosophe et d’intellectuels de la Grèce antique, il pense que la Terre est ronde ce qui déplait au pouvoir étatique.

Son disciple Platon réinvente les pensées de Socrate pour les soumettre à l’examen de la raison. Il conçoit un ordre basé sur l’éthique et structuré par une hiérarchie et que la vérité est au-delà des apparences contrairement aux sophistes. Il défend l’idée d’un Etat gouverné par des chefs philosophes. Il fonde en -387 une académie.

Aristote

Aristote reprend le flambeau de Platon en intégrant les sciences naturelles et l’examen des faits avant toute réflexion. Il sera le précepteur du jeune Alexandre le Grand.