CHRONISTOVISION MONDIAL

La fin des Templiers puis des Capétiens

En 1307, le roi Capétien, Philippe le Bel pourchasse et tue l’ordre des Templiers. Il a alors soulevé la colère divine qui mettra fin à sa lignée capétienne augurant la guerre de cent ans...

Même si Philippe Auguste a affaibli la féodalité au bénéfice d’une monarchie plus puissante, la France est toujours menacée par les Anglais qui la convoitent et les Barons Français dans les provinces ont gardé leurs grandes influences.

Philippe le Bel installé sur le trône très jeune, veut renforcer son pouvoir et amasser le plus d’argent possible pour y parvenir même si cela passe par un conflit ouvert avec la Papauté. Philippe Le Bel gouverne en monarque absolu mais créer aussi les Etats Généraux composé du clergé, de la Noblesse et de la Bourgeoisie pour le conseiller dans ses décisions.

Son règne majestueux mais impopulaire de 29 ans n’empêchera pas la fin de la dynastie capétienne et l’avènement d’une guerre impitoyable enter la France et l’Angleterre qui durera plus d’un siècle.

 

 

Le conflit avec les Flamands

Phillipe le bel 2Philippe IV succède à son père meurt en 1285 à l’âge de 17 ans. La France compte 20 millions d’habitants. On le surnomme le Bel parce qu’il est grand, blond et plutôt beau.

 

En 1286, suite à un conflit entre pécheurs anglais et français sur les côtes normandes, Philippe IV convoque le roi d’Angleterre son vassal Edouard Ier qui ne vient pas. Philippe IV le déchoit alors de toutes ses possessions en terre de France. La guerre est alors déclarée. Philippe le Bel a l’idée d’envahir l’Angleterre et pour y parvenir il lui faut beaucoup d’argent. Il décide alors d’imposer le clergé. Le Pape est furieux et refuse que soit payée la décime. Un bras de fer s’engage avec le roi de France à l’avantage de ce dernier en 1297.

Le Comte de Flandre s’allie aux Anglais et occupent la cité de Lille. Philippe le bel ordonne son siège et après une bataille sanglante, les Flamands sont vaincus. Un traité de paix est signé en 1298 avec la royauté anglaise. La Guyenne hors Bordeaux est redonnée à l’Angleterre. La fille de Philippe le Bel est donnée en mariage au futur roi d’Angleterre Edouard II.

Le 11 juillet 1302, les Flamands après une révolte contre leur gouverneur nommé par le roi de France, affrontent l’armée française à la bataille de Courtrai. Les deux armées sont séparées par un vaste marécage. A l’arrivée de la lourde cavalerie française, les archers flamands décochent leurs flèches puis fuient. Présomptueuse, la cavalerie française fonce et très vite s’embourbe dans les marais. Les archers Flamands reviennent et achèvent la chevalerie française. La bataille est surnommée bataille des éperons d’or en raison des éperons de chevaliers jonchant le sol marécageux.

Un an plus tard, Philippe le Bel veut se venger, il affronte avec son armée 80 000 flamands. La bataille est indécise et le lendemain à l’occasion d’un pillage du camp français, les Flamands tombés dans un piège sont massacrés. Leur chef est décapité et on apporte sa tête au bout d’une pique au roi de France.

 

 

La gifle au Pape à Agnani

Depuis 1294, Le roi de France et le Pape sont en conflit ouvert, le premier voulant régner totalement sur son royaume y compris sur le clergé.

En 1301, le roi de France fait arrêter l’évêque de Pamiers pour du pape qui l’avait injurié. Le Pape est furieux et affirme que le pouvoir spirituel est supérieur au pouvoir temporel.

Le Pape, Boniface VIII convoque un concile pour excommunier le roi de France. En mars 1303, Philippe le Bel à son tour, convoque un concile à Lyon pour excommunier le Pape et de le ramener pour le juger, rien que çà.

Guillaume de Nogaret petit fils de Raymond de Nogaret noble cathare condamné par l’Eglise pour hérésie, est envoyé par le roi à Agnani, au sud de Rome  où le pape s’est installé.

Nogaret arrive le 3 septembre 1303 avec des soldats armés. Ils entrent de force dans la résidence papale, bousculent, giflent le pape et l’arrêtent avec l’aide d’un romain Sciara Colonna en conflit avec le Pape. Ce dernier  est fait prisonnier durant 2 jours avant que la population le libère.

Humilié et effrayé, Boniface VIII de retour à Rome, meurt un mois après. Un nouveau Pape est réélu à Lyon le 5 juin 1303 en présence de Philippe le Bel. Il est Français  et reconnait le pouvoir du roi de France. Il s’installe même à Avignon en 1309 de peur d’être tué à Rome.

La cité va accueillir les Papes durant un siècle jusqu’en 1417. De 1378 à 1417, une rivalité entre Prélats Français et Romains créée le grand schisme d’occident. Plusieurs papes seront élus en même temps, l’un à Avignon et l’autre à Rome. Ce schisme prendra fin en 1417 avec le concile de Constance. Le nouveau souverain pontife Martin V s’installe à Rome.

 

L’ordre des Templiers est anéanti

L’ordre des Templiers fondé en 1119 à Jérusalem par Hugues de Payns avec neuf compagnons  assure la protection des pèlerins arrivant à Jérusalem. Ils sont pauvres et habitent dans une cabane près du Temple de Salamon. On les appelle alors, chevaliers du Temple puis plus tard l’ordre du Temple.

Les règles de vie établies en 1128 sont strictes. Les Chevaliers sont soumis à la chasteté et à la piété.

L’ordre s’étend rapidement dans toute l’Europe et s’enrichit par les dons.  Plus de 5 000 commanderies sont fondées et leurs richesses proviennent principalement de dons de terres et de biens immobiliers.

Après la fin des croisades, 2 000 chevaliers reviennent et s’installent en France. Philippe le Bel les accueille avec bienveillance et pense même en devenir le grand maitre mais il se heurte à un refus des Chevaliers. Dans l’ombre, Guillaume de Nogaret déteste les Templiers et propose au roi de France de les supprimer pour s’emparer de leur trésor.

Suite à l’arrestation d’un Templier à Toulouse, après avoir été torturé, il avoue des sacrilèges comme cracher sur la croix ou le baiser sur certaines parties du corps parfois intimes des maitres de l’ordre.

Templiers

Il n’en faut pas plus pour que Nogaret s’empare de ces révélations, les accentue et en use pour accuser les Templiers.

En septembre 1307, Philippe le Bel décide l’arrestation des Templiers. Les ordres secrets sont envoyés dans tous les baillis et les sénéchaux et le 13 octobre 1307, les arrestations interviennent dans une organisation parfaite. Les Templiers sont torturés pour avouer leurs sacrilèges ou sont exécutés.  Après plusieurs années de procès à charge, le grand maitre Jacques de Molay et les 37 dignitaires sont tout d’abord condamnés à vie.

Cependant, lorsque le 18 mars 1314, la sentence est prononcée sur le parvis de la Cathédrale de Notre Dame, Jacques de Molay harangue la foule en défendant son ordre. Les parisiens l’écoute et commence à prendre son parti.

Philippe le Bel veut en finir. Il décide de les faire exécuter. Les condamnés sont conduits au bucher pour y être brulés vifs. Sur le Bucher selon la légende des rois maudits, avant de périr, Jacques de Molay aurait déclaré « Tous maudits jusqu’à la 7ème génération, vous serez tous maudits ».

Il est vrai que le Pape Clément V qui a approuvé l’extermination des Templiers meurt le 20 avril 1314 et le Philippe le Bel le 29 novembre 1314. Ses fils n’ayant pas de descendance male, ce sera la fin des Capétiens.

 

 

Les belles-filles du roi condamnées pour adultère

Les trois fils du roi, Louis,  Philippe et Charles sont mariés respectivement à trois sœurs Marguerite, Jeanne et Blanche de Bourgogne. La fille de Philippe le Bel, Isabelle est mariée au roi d’Angleterre, Edouard II qui penche plutôt vers les jeunes hommes qui l’entoure.

Isabelle offre  à ses belles sœurs des aumônières (petits sacs). Quelques jours plus tard, lors d’une cérémonie d’investiture  au titre de chevalier, Isabelle reconnait ses aumônières  accrochées à la ceinture de deux jeunes chevaliers, les frères d’Aulnay, Philippe et Pierre Gauthier.

De retour en Angleterre, Isabelle ne veut plus garder cette suspicion pour elle. Elle écrit à son père et déclare, Père, « vos belles filles ont des amants ». Le roi de France est dépité. Il convoque les jeunes femmes et les interrogent. Elles avouent, Marguerite et Blanche confirment qu’elles se sont données aux frères d’Aulnay. Ces derniers sont très rapidement arrêtés puis torturés en prison.

Marguerite et Blanche sont tondues et emprisonnées dans la forteresse de Château Gaillard. Jeanne est acquittée. Les frères d’Aulnay ayant survécu à la torture vont subir un châtiment atroce. Ils sont conduits sur la place occupée par une immense foule. On les mets sur une estrade, le bourreau les émascule et jette aux chiens leurs sexes. Le bourreau attache ensuite leurs corps à des chevaux qui les trainent dans un champ où les tiges de paille de blé fraichement coupées sont encore pointues.

Enfin, le bourreau ramène les deux frères hurlant de douleur sur l’estrade et les décapite. Les corps sont maintenus suspendus devant la foule.

Les deux sœurs emprisonnées meurent en captivité. Jeanne nommée la boiteuse deviendra reine de France 10 ans plus tard.

La fin des Capétiens

Le 4 novembre 1314, Philippe le bel tombe de cheval lors d’une chasse. Quelques semaines plus tard, le 29 novembre, il meurt au château de Fontainebleau. Il s'ensuit une grande famine de 1315 à 1317 qui décime la France.

Louis X son fils ainé dit le Hutin (l’entêté) lui succède.

Le 3 juillet 1315, il publie une ordonnance d’affranchissement en faveur des serfs du domaine royal.

Son règne se poursuit par des concessions faites aux Barons du royaume pour apaiser leurs courroux suite au règne sans concession de son père. Cela ne suffit, dans les provinces, les nobles se révoltent avec l’appui du peuple pour mettre fin aux trop lourdes taxes imposées par Philippe Le Bel.

La monarchie est affaiblie par une féodalité ragaillardie. Le 5 juin 1316, de retour d’une partie de chasse, il boit de l’eau glacée et meurt quelques temps après. Son fils Jean né en novembre 2016 meurt 5 jours après sa naissance. Philippe V le frère de Louis X le Hutin et fils de Philippe le Bel devient le successeur légitime.

Il est sacré à Reims le 9 janvier 1317. Son règne est marqué par une répression aveugle contre les lépreux en 1321 afin d’éradiquer la maladie. Il meurt de dysenterie le 3 janvier 1322. Sans descendance male, c’est son frère Charles IV le bel lui succède.

Charles IV meurt à son tour le 1er février 1324 sans descendance male.

Deux prétendants peuvent alors accéder au trône, le roi d’Angleterre, Edouard III petit fils de Philippe le Bel et Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel. Les grands du royaume réunis décident d’écarter Edouard III car il n’est pas né dans le royaume et il est le fils d’une fille de Philippe Le Bel. La loi salique est invoquée. Cette coutume Franque veut que les femmes et leurs enfants n’aient pas légitimité pour accéder au trône de France. Isabelle fille de Philippe le bel n’est pas légitime à porter son fils, Edouard III sur le trône de France.

Philippe de Valois devient le nouveau roi de France comme Philippe VI.

La dynastie des Valois remplace celle des Capétiens. Le roi d'Angleterre Edouard III qui est aussi duc d'Aquitaine, conteste ce choix et revendique le trône de France en prétendant être le seul héritier capétien. La guerre est proche entre les deux royaumes.

Cette guerre va durer plus de cent ans, environ 116 ans de 1337 à 1453, entrecoupée de périodes d’accalmie et de batailles. Les raisons sont multiples, succession aux capétiens, présence anglaise en Aquitaine, fin du commerce entre la Flandre et l’Angleterre. Depuis la dynastie des Plantagenets en Angleterre avec Aliénor d’Aquitaine au milieu du 12ème siècle, les deux pays sont en conflit  ouvert.

Durant cette guerre, une épidémie dévastatrice, la peste noire décime toute l’Europe provoquant un renouveau des relations sociales.