CHRONISTOVISION MONDIAL

L’Islam des Abbassides

Après la mort de Mahomet, ils sont nombreux à revendiquer sa succession. La dynastie des Omeyyades s’éteint, balayée par une nouvelle dynastie, celle des Abbassides qui va régner de 750 à 1258...

L’avènement des Abbassides

Les Abbassides sont une dynastie musulmane qui règne sur le califat de Bagdad de 750 à 1258. La cité devient le phare de l’Orient avec plus de deux millions d’habitants. Le fondateur de la dynastie, Abû al-Abbâs As-Saffah, est un descendant d'un oncle de Mahomet. Il est proclamé calife en 749 et met un terme au règne des Omeyyades en remportant une victoire décisive sur Marwan II à la bataille du Grand Zab, le 25 janvier 750.

Peu de temps avant, en Afrique du nord durant l'année 740, l’aristocratie Arabe est chassée définitivement par les Berbères convertis à l’Islam. En Arabie, des mouvements populaires et des luttes internes amènent une nouvelle dynastie au pouvoir, les Abbassides.

Al Mansur devient à son tour Calife en 754 et porte le monde musulman à son apogée. Son frère s’est chargé d’éliminer définitivement la dynastie des Omeyades sauf le jeune prince Abd al Rahman qui parvient à s’échapper. Al Mansur fonde la capitale du Califat à Bagdad en 762. La cité devient le centre culturel de l’Islam entre le monde arabe et le monde persan. Le Sunnisme est la religion d’Etat.

Dans le même temps, en 756, le prince Omeyyade Abd Al Rahman réunit une grande armée et lance une nouvelle offensive arabe sur l’Espagne notamment sur Cordoue. La cité tombe et devient la capitale d’al-Andalus indépendante du Califat de Bagdad. C’est le début des émirats espagnols indépendants.

Le fils d’Al Mansur, Al Mahdi devient Calife de Bagdad en 775. Il  impose un pouvoir absolu et jugule des révoltes Chiites et Kharidjites mais doit laisser l’Espagne sous émirat du prince Abd Al Rahman.

Alors qu’en Arabie, les intellectuels développent vers 775 les mathématiques (chiffres arabes), les sciences (chimie, alchimie) en s’appuyant sur les travaux des penseurs grecs, Charlemagne entreprend de soumettre les saxons et les Lombards.

Empire abbasside calife al rachid 1

 

Conte 1000 nuitsjpg

Le conte des mille et une nuits

En 786, c’est le début du califat d’Harun al-Rachid à Bagdad régnant sur un empire puissant. C’est l’apogée de l’empire Abbasside. Le calife entretient des relations amicales avec Charlemagne. Il réprime des révoltes chiites à Médine. Il est aussi le célèbre Sultan ou Calife des contes des mille et une nuits.

Le sultan Shahryar, en représailles à la suite de l'infidélité de son épouse, la condamne à mort et, afin d'être certain de ne plus être trompé, il décide de faire exécuter chaque matin la femme qu'il aura épousée la veille.

Un jour, Shéhérazade, la fille du grand vizir, se propose d'épouser le sultan. Aidée de sa sœur, elle raconte chaque nuit au sultan une histoire dont la suite est reportée au lendemain. Le sultan ne peut se résoudre alors à tuer la jeune femme ; il reporte l'exécution de jour en jour afin de connaître la suite du récit commencé la veille. Peu à peu, Shéhérazade gagne la confiance de son mari et finalement, au bout de mille et une nuits, il renonce à la faire exécuter.

 

 

 

Idriss et la révolte Berbère

En 789, après avoir fui la répression des Abbassides, le chiite Idriss descendant d’Ali arrive au Maroc où il parvient à unifier des tribus Berbères. Il fonde la dynastie des Idrissides, ferment d’un Etat marocain avec Fès pour capitale. Il meurt en 791 empoisonné par un émissaire du Calife de Bagdad, son fils Idriss II  lui succède.

Pour anéantir une conjuration à Tolède, l’émir omeyyade de Cordoue invite 5000 nobles de Tolède à un festin de réconciliation. Il les fait tous assassiner lors de la journée dite « des fosses ».

L’empire musulman est à son apogée sous la dynastie des Abbassides. Son étendue est aussi une menace permanente.

En 813, le calife Al-Mamun, fils d’Harun Al Rachid, installé à Bagdad développe des institutions scientifiques et fait traduire en arabe les manuscrits grecs philosophiques.

Au Maroc, en 829, Idriss II est assassiné sur ordre du Calife de Bagdad. Les armées musulmanes occupent la Sicile. En 838, s’affirme la doctrine officielle des Abbassides se résumant au caractère sacré du Coran bien qu’imparfait sur terre par rapport au vrai Coran qui est au ciel.

 

 

Le déclin des abbassides

Au fil du temps, les pouvoirs locaux se renforcent et deviennent indépendants. L’empire se morcèle en Espagne et au Maghreb, au Moyen-Orient et en Asie centrale. Les révoltes d’esclaves se succèdent comme les conflits entre Sunnites et Chiites.

Le trafic des esclaves livrés aux musulmans enrichit les commerçants de Venise qui leurs vendent des prisonniers de guerre de l’Europe de l’est encore païens. Le terme esclave en est issu, il se substitute au mot serf.  A mesure de la christianisation de l’Europe de l’est, le nombre d’esclaves se tarit. Les Arabes se tournent alors vers l’Afrique noire où l’esclavage existe déjà entre ethnies ennemies. Certains chercheurs estiment que ce trafic aura concerné 15 millions d’individus sur un millénaire.

 

En 1019, le calife al Qadir interdit toute nouvelle interprétation du Coran. Il bloque ainsi la poursuite de l’esprit critique, le développement de technologies et de la science dans l’empire arabe.

Le 15 décembre 1055, le Turc Toghrul Beg s’empare de Bagdad. C’est le début du déclin des dynasties Arabes qui sera une réalité trois siècles plus tard avec la domination turque Ottomane.

La dynastie des Abbassides tombe sous les assauts des invasions des tribus Mongols en 1258.

L empire abasside et ses rivaux 1

 

L’Espagne musulmane

L’Espagne musulmane atteint son apogée sous le règne d’Abd Al Rahman III. Il prend le contrôle du Maghreb en 920 et se proclame Calife à côté de celui du Caire et de Bagdad. Un siècle plus tard, le Califat se délite en plusieurs provinces et les royaumes chrétiens du nord commencent à engager la reconquête.

Entre 1031 et 1091, le Califat Al-Andalous se fractionne en 26 principautés. Des conflits s’engagent entre les Berbères rigoristes revenus au pouvoir au Maroc et les princes Andalous. Au 12ème siècle s’oppose deux visions de l’Islam, l’une rigoriste des Almoravides et des Almohades, l’autre pratiqué par les rois musulmans d’Espagne. C’est l’époque du grand philosophe Averroès né en 1126 à Cordoue. Féru de grands savoirs et doté d’une vision de la société moderne et ouverte aux autres, il déplait aux religieux sectaires qui l’exilent en 1195 dans une petite ville andalouse. En 1198, il meurt à Marrakech.

A partir du 13ème siècle, les rois Chrétiens avancent avec leur armée sur le sud de l’Espagne.  Le dernier Emirat d’Espagne à Grenade résiste jusqu’en 1492.

Au Maroc, en 1269, les Almohades laissent place aux Berbères Mérinides qui vont embellir le Maroc et la ville de Fez notamment. Ils règnent jusqu’en 1465. En Tunisie, les Hafsides prennent le pouvoir en 1228 et fonde un Califat en 1258 de l’est algérien à Tripoli.

 

 

L’Islam au  Moyen et au Proche-Orient

En Tunisie, les Fatimides Chiites s’emparent  de l’Egypte en 969 puis de la Syrie. Ils instaurent un Califat. Un de ses Califes Al Hakim pratique un Islam hétérodoxe. A sa mort en 1021, son culte donne naissance aux premiers adeptes Druzes.

A Bagdad, depuis 932, les émirs chiites Buyides ont pris le pouvoir et les Califes sont entre leurs mains. En 1036, en Syrie, les Fatimides sont écartés par les Seldjoukides, une tribu Turc islamisée vers 960.

Les Abbassides de Bagdad ne disparaissent pas tout de suite. Elles se maintiennent jusqu’aux invasions mongoles mais d’ici là, leur influence est amoindrie.

Au Moyen-Orient, les tribus Turcs islamisées gagnent en influence. A partir du 11ème siècle, ces tribus nomades déferlent sur les terres iraniennes en 1052.  Ils conquièrent l’Azerbaïdjan et le Khuzestân en 1054. Bagdad tombe en 1055. En 1063, Alp Arslan créé le grand empire Seldjoukide.  Les Sultans sont assistés d’un Vizir, sorte de premier ministre. Ils sont très influents et sont la cible au 11ème siècle de nationalistes comme les ismaéliens. En 1092, le Vizir Nizam al Mulk est tué par la secte des Assassins.

Les Assassins ou Nizariens sont tout d’abord une confrérie fondée par Hassan Sabah en 1090 suite à une scission du Chiisme fatimide ismaélien. Il prône la tradition rigoriste et originelle de l’Islam. Rejetés par les autorités musulmanes, les Assassins se réfugient dans la forteresse imprenable d’Alamout. L’organisation est qualifiée de secte en raison du sacrifice aveugle de ses adeptes. Leur place forte tombe en 1257 sous les coups des invasions mongoles. L’autre branche ismaélienne formera les ferments du Soufisme à la fin du moyen-âge.

 

Au Proche-Orient, dès le 12ème siècle, les Seldjoukides n’ont plus d’influence.la dynastie Kurde des Abbayydes unifie les tribus de Palestine, Syrie et d’Egypte sous la houlette de Saladin, chef militaire.

En 1171, Saladin renverse les Fatimides et restaure les traditions Sunnites. Fin stratège, il s’empare en 1187 de Jérusalem prise aux croisés, qu’il proclame ouverte à tous els cultes. En 1192, il règne sur un vaste empire et repousse la 3ème croisade de Richard cœur de Lion.

Vers 1250, les successeurs de Saladin peinent à maintenir l’unité de l’empire. Ils font appel aux mamelouks (esclaves militaires slaves, grecs et turcs) pour repousser les Croisés. Les Mamelouks se révoltent contre leurs maitres et prennent le pouvoir. Ils installent leur capitale au Caire et résistent aux invasions croisés et mongols. En 1517, ils tombent face aux Ottomans.

Au Moyen-Orient en 1242, les mongols commencent à pénétrer dans l’empire. En 1279, les Musulmans sont vaincus et deviennent les vassaux des Ilkhans successeurs des Mongols. Le royaume Seldjoukide s’effondre entièrement en 1308.

 

L’Islam en Asie centrale

A partir du 9ème siècle, les gouverneurs musulmans s’émancipent du Califat sans pour autant être indépendant. L’expansion de l’Islam ne s’arrête pas.

Ainsi, en 998, Mahmud devient Gouverneur de  Ghazni (province Afghane). Il évince les Samanides (dynastie iranienne) et s’empare de la Perse et du Penjab.  Il combat les Chiites Buyides. Le Calife de Bagdad lui confère le titre de grand protecteur du Califat.

En 1001, il envahit avec son armée le nord de l’Inde. Il fait détruire les idoles Hindous. A partir de 1040, ses successeurs sont respectivement chassés de l’Inde et de l’Afghanistan.

A partir de 1070, des tribus de la région de Khawarezm s’unifient pour constituer un royaume. En 1135, ils chassent les Seldjoukides de l’est puis conquièrent en 1187, la Perse et en 1192, le nord de l’Inde. Protecteurs du Califat de Bagdad, ces sultans gouvernent du Turkestan au nord de l’Inde en passant par l’Iran.

A partir du 13ème siècle, le roi Khawarezm, Ala al Din Muhammad étend l’empire à l’Afghanistan et à une partie de la Chine. Son empire est immense et à partir de 1218, il subit des invasions mongoles menées par Gengis Khan. En 1231, le Sultan Ala al Din et sont fils son assassinés. Les Mongols s’emparent de l’empire Khawarezm.