CHRONISTOVISION MONDIAL

L’anarchisme de 1917 à 1939

Depuis un siècle, le mouvement anarchisme s’est développé sur fond de misère sociale et de répression brutale. Les deux guerres mondiales et la révolution russe stoppent l’expansion de l’anarchisme.

 

L’insurrection militaire

A la sortie de la première guerre mondiale, les idéaux anarchistes sont totalement occultés par le nombre de soldats tués et blessés. En Russie, les libertaires sont chassés du pouvoir. Pourtant, le mouvement perdure et subsiste dans certains pays comme en Espagne et aux Etats Unis. En Amérique du sud, l’anarchisme demeure un idéal et de luttes sociales contre les grands propriétaires terriens.

La révolution mexicaine de 1910 est la première révolution sociale sous l’impulsion des frères Flores Magón. Ils prônent l’insurrection armée des  paysans qui vivent pour la plupart dans une très grande misère. Les peuples natifs ont été quasi tous exterminés. L’illettrisme, la maladie, la famine et le fouet sont le quotidien. Toute révolte est sévèrement punie et des exécutions sommaires sont courantes. Les révoltes menées par Zapata, par Pancho Villa et par les frères Magon anarchistes gagnent des territoires. C’est la première fois que les anarchistes disposent d’une armée composée de paysans mexicains mais aussi d’étrangers venus les soutenir. Ce sont les premières brigades internationales. On y retrouve des américains du nord et du sud,  des irlandais et d’autres européens en quête d’idéal anarchiste.

Le combat reste inégal, l’armée mexicaine reprend les villes conquises et la répression est sanglante. Des milliers de révolutionnaires sont exécutés sans procès.

En Russie, les communistes et les anarchistes  ont pris le pouvoir en 1917. Dans un premier temps, des lois sociales sont adoptées comme la journée de 8 heures, l’abolition de la peine de mort, la liberté d’expression et de la presse. La révolution russe émerveille tous les anarchistes du monde qui voient leur idéal enfin triomphé. Les batailles entre anarchistes et communistes, Bakounine et Marx sont oubliées.

En Ukraine, le mouvement libertaire sous la conduite d’une des plus grande figure de l’anarchisme au 20ème siècle,  Nestor Makhno, issu d’une famille d’anciens serfs paysans. Grâce à son intelligence et à son sens stratégique, il prend la tête de l'armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne. Comme les légions des Spartacus, son armée prend une à une les villes ukrainienne. Son armée se compose essentiellement de paysans dont le nombre avoisine 40 000 individus.

En octobre 1919, Makhno et ses comparses (la Makhnovchtchina) sauvent la révolution russe face à la reconquête de l’armée blanche tzariste.  Il fait la jointure avec l’armée rouge communiste. Son emblème est un drapeau noir à tête de mort.

A Moscou, Lénine et les communistes commencent à se méfier des anarchistes qui critiquent que la peine de mort est toujours en vigueur et le pouvoir trop concentré autour de quelques hommes comme Lénine et Trotski. Ce dernier entreprend alors de discréditer le mouvement anarchiste par la propagande. Les libertaires sont alors présentés comme des agents provocateurs désorganisés et dangereux. Beaucoup d’entre eux sont emprisonnés.

Pourtant, quand le grand théoricien du communisme libertaire, Pierre Kropotkine meurt en 1921, des funérailles nationales sont voulues par Lénine.

Mais peu après, le régime bolchévique pourchasse les anarchistes, les emprisonne et parfois les exécute.

En mars 1921 a lieu la révolte des marins de Kronstadt qui dénoncent la  dictature des commissaires bolcheviques. Les insurgés revendiquent la démocratie ouvrière et paysanne confisquée par le parti communiste. Trotski envoi alors 50 000 soldats de l’armée rouge réprimer les 15 000 marins de la base militaire russe de Kronstadt. La révolte est écrasée par les bombes.

En Ukraine, la Makhnovchtchina demeure une poche de résistance contre la dictature bolchévique. Pourtant, lors d’un conseil militaire, les officiers de l’armée makhnoviste sont arrêtés par la Tcheka (police bolchévique) puis exécutés. Makhno est ses derniers partisans sont obligés de s’enfuir en Roumanie.

 

La persécution

A la sortie de la première guerre mondiale, avec le soutien de la bourgeoisie, les idéologies nationalistes triomphent. L’anarchisme doit être anéanti.

En Russie, les derniers libertaires sont emprisonnés dans les goulags. De juillet à septembre 1921, la police soviétique (la Tcheka) emprisonne et exécute de nombreux anarchistes comme fanny et Aron Baron et le poète Lev Tcherny.

Les anarchistes sont pourchassés dans  tous les pays du monde car dans le reste de l’Europe, ce sont les nationalistes qui prennent le pouvoir. En Allemagne et en Bulgarie, les anarchistes sont arrêtés, exécutés comme le bulgare Georges Chéïtanov dont la tête aura été présentée sur un plateau au roi Boris III.

Plus tôt, en novembre 1918, dans le chaos de la fin  de la guerre, la révolution allemande met fin  à l’empire allemand. Des villes comme Berlin ou des régions comme la Bavière sont prises en main par des gouvernances socialistes et libertaires. La situation en Allemagne est révolutionnaire mais la gauche est divisée entre réformistes et révolutionnaires. La ligue spartakiste prône la dictature du prolétariat alors que le parti SPD recherche la conciliation avec les partis de la bourgeoisie. Début janvier 1919, les rédactions sont occupées par les spartakistes. Le pays est au bord de l’insurrection. Le Gouvernement dirigé par le SPD sou le régime de la République de Weimar ordonne le retour à l’ordre. Les troupes gouvernementales répriment violemment les insurgés.  

Début janvier 1919, des leaders communistes comme Rosa Luxembourg et  Karl Liebknecht, dirigeants de la ligue spartakiste sont arrêtés puis assassinés par les militaires. En mai 1919, la ville de Munich dirigée par la république des conseils de Bavière (conseils ouvriers) est reprise par l’armée gouvernementale composée de corps francs. Gustav Landauer, anarchiste allemand d’origine juive est battu à mort par les corps francs et son cadavre est laissé en pleine rue durant plusieurs jours pour l’exemple.

Le 6 décembre 1928, L’élite politique et bourgeoise envoie l’armée réprimer dans le sang, 25 000 travailleurs grévistes de l'United Fruit Compagny. C’est le massacre de la bananeraie. Plus de 100  grévistes sont abattus.

Plus tôt, le 4 mai 1919, 3000 jeunes anarchistes chinois 3 000 étudiants se réunissent pour manifester à Pékin, devant la porte Tiananmen. Ils contestent l’influence du Japon dans leur pays mais aussi le poids des traditions, le pouvoir des mandarins et l’oppression des femmes. Un jeune étudiant sera témoin de la répression policière brutale, un certain Mao.

En Italie et au Japon, la répression tue dans le sang les leaders anarchistes.  Comme le disait le leader italien Malatesta, ‘la bourgeoisie fera payer par des larmes de sang les tentatives des révolutionnaires ». En 1923, deux jeunes anarchistes japonais Ito Noe et Sakae sont sommairement exécutés et leurs familles sont massacrées.

Partout où le mouvement anarchiste a tenté de développer ses idées, ses militants ont été arrêtés, emprisonnés et souvent exécutés sommairement.

Même aux Etats-Unis où le courant anarchiste est historiquement très puissant, la répression policière est brutale.

 

L’exécution de Sacco et Vanzetti