CHRONISTOVISION MONDIAL

Les premiers Français

Cette période se situe entre  -2 millions d’années et -3 500 ans. Elle comprend 3 phases, le Paléolithique ou l’âge de la pierre taillée, c’est l’ère des chasseurs cueilleurs, le Mésolithique ou les débuts de la sédentarisation entre -10 000 ans et -5 000 ans puis le Néolithique et l’ère du rendement agricole et de l’élevage.

 

  • Le Paléolithique

L’Homo Erectus pénétrent en Europe

Le Paléolithique comprend de longues périodes glaciaires entrecoupées de phases de réchauffement ou interglaciaires.  Ses manifestations climatiques proviennent des modifications d’inclinaison de l’axe de la Terre. L’axe peut varier en fonction des forces d’attraction du soleil, de la lune mais aussi en raison de cataclysme important sur terre comme d’énorme tremblement de terre ou chutes de météorites.

Les premières traces d’êtres humains en France datent d’1,8 millions d’années. L’homo Habilis est sorti d’Afrique en passant par le détroit de Gibraltar  pour s’installer sur la côte d’Azur. A cette époque le niveau de la mer est  plus élevé qu’aujourd’hui d’une centaine de mètres. Les villes de Nice et de Cannes sont sous les eaux.

Les 1ers français chassent le rhinocéros, les lions, tigres et sangliers.  La faune sauvage est très répandue dans la France de l’époque. L’homme mange de la viande cru et se nourrit aussi de baies, fruits et coquillages. Il vit dans des grottes ou dans des espaces protégés par la nature.

Plus tard il y a  500 000 ans, un autre type d’Homo est présent en France, l’homo Erectus. Il maitrise l’usage du feu. Des premiers foyers sont attestés en Bretagne et dans le sud de la France avec l’homme de Tautavel (450 000 ans). Il se nourrit de gros et de petits gibiers mais aussi d’humains.

 

L’homme de Neandertal, un véritable européen

Issu en Europe de l’Homo Erectus, l’homme de Neandertal apparait il y a 300 000 ans. Il mesure en moyenne 1,65 m. Son corps est massif et bien musclé que son contemporain Homo Sapiens.  Il chasse, pèche et enterre ses morts dans des grottes. Il produit de petites sculptures et parures. Il habite parfois dans des grottes mais le plus souvent sous des tipis de peaux d’animaux, d’os et de bois.

Vers -100 000 ans, une nouvelle glaciation apparait. Les mammouths, les rennes traversent la France.  L’accès entre l’Angleterre et la France se fait à pied. Le niveau de la mer est 100 mètres plus bas qu’aujourd’hui.

Vers -40 000 ans, l’Homo Sapiens arrive en Europe en passant par le Moyen-Orient puis les Alpes. 5000 ans après, les Néandertaliens disparaissent. L’hypothèse la plus plausible repose sur un mélange des deux espèces. Notre génome comprend un peu de Néandertalien et quelques traits physiques comme la blancheur de la peau, les cheveux raides blonds et roux.

Une des dernières communautés néandertaliennes a été retrouvée en Charente maritime à Saint Césaire. Elle date de 36 300 ans. A Gibraltar, des dernières communautés néandertaliennes sont découvertes datant de 28 000 ans.

 

L’Homo Sapiens ou l’homme de Cro-Magnon venu d'Afrique s'installe en France il  y a 40 000 ans.

Il vit sous des tipis ou parfois si nécessité dans des grottes. Il se nourrit de toutes sortes d’animaux mais aussi d’humains. Il est fréquent que des groupes d’individus s’attaquent à d’autres pour prendre leurs biens ou défendre leur territoire. Il est plus intelligent que le Néandertalien grâce à un génome légèrement différent lui conférant l’aptitude d’un langage plus évolué. Cette supériorité le rend plus apte à s’adapter et  à évoluer dans son environnement.

Les peintures rupestres sont très répandues, c’est l’art pariétal. Elles leur servent de pense-bêtes sur des animaux à chasser. On retrouve des échantillons dans la grotte Chauvet datant de 36 000 ans ou dans celle de Lascaux il y a 15 000 ans.

Plusieurs cultures se succèdent entre -40 000 et -10 000 ans basées sur le type de taillage de pierre, d’habitation et de peintures rupestres : les Châtelperroniens (-40 000/-35 000), les Aurignaciens (-35 000/-25 000), les Gravettiens (-25 000/-22 000), les Solutréens (-22 000/-18 000) et les Magdaléniens (-18 000/-10 000).

Ainsi en Dordogne prés des Eysies, quelques communautés Magdaléniennes séjournent durant des centaines d’années dans un froid encore polaire.

Selon certains chercheurs, des Solutréens auraient traversé l’Atlantique gelé au nord pour atteindre le continent américain.

Vers -10 000 ans, la période de glaciation s’achève, c’est le début de l’Holocène.

Les derniers mammouths rejoignent le nord de l’Europe. Les Steppes laissent place à des forêts, de grandes rivières.

L’homme entre dans la période Mésolithique. A cette époque, la population française est de 50 000 individus.

 

  • Le Mésolithique ou les débuts de la sédentarisation

La fin de la glaciation ouvre de nouvelles aventures à l’espèce humaine en Europe. Pour chasser le petit gibier, l’homme invente l’arc et les flèche. L’outillage microlithique (taillage de petits silex) est très répandu pour confectionner des pointes de flèches  Le chien est aussi domestiqué pour chasser et défendre la communauté. L’habitat en tipis est fréquent et de petites habitations en bois se construisent car l’homme commence à se sédentariser. Il élève des moutons, chèvres et bovidés. Il commence aussi à planter des graines dans le sol pour cultiver des céréales.

Plusieurs sites mésolithiques sont attestés en Vendée vers Jard sur mer mais aussi en pays de Retz avec la culture du Retzien  caractérisée par un mode de fabrication des pointes de flèche très performant. Cette culture dure entre -5 600 et -5 200 et se répand sur tout l’ouest de la France, principalement sur les côtes entre Nantes et la Rochelle mais aussi dans le sud Vendée jusqu’au Deux-Sèvres.

 

  • Vers -5 000 ans, c’est la période Néolithique ou l’âge de la pierre polie.

L’ère de la production agricole et de l’élevage nait avec son objectif du rendement. Cette période apparait tout d’abord au Proche-Orient et gagne l’Europe entre -5 000 ans et -4 000 ans.

La pierre polie remplace les silex. Des premiers villages se forment, dans le nord ce sont des grandes huttes en bois, dans le sud de de la France, on retrouve des petites maisons et les villages sont moins importants. Des villages lacustres existent aux abords des fleuves, lacs comme celui de Clairvaux.

Deux cultures de poterie pénètrent l’Europe. Dans la France du nord, on retrouve la culture Rubanée ou Danubienne (poteries avec des spirales) et le cardial davantage méditerranéen (poteries avec un coquillage) présent dans la France en dessous de la Loire.

L’alimentation est essentiellement à  base de viandes cuites, de galettes de blé ou d’orge et de fruits, pommes, mures, prunes,…

Period 2 carteneolithis2 pop

 

Le mégalithisme.

Des Danubiens s’installent dans la région parisienne, des pêcheurs venus de Grèce, d’Espagne et d’Italie habitent le sud de la France. Les pécheurs-paysans armoricains et les pasteurs des Causses construisent des monuments mégalithiques (dolmens, menhirs) de 20 à 40 tonnes.  Les menhirs et les dolmens sont présents un peu partout dans le monde, tout particulièrement en Afrique, Asie et Europe, mais sont plus nombreux en Europe de l'Ouest. Ces derniers servent de monuments funéraires comme d’ailleurs les tumulus. A l'intérieur de ces caveaux gigantesques, des dizaines de squelettes jonchant parfois le sol ont été retrouvés.

Stonedge

Vers -4 530, des peuples Cardiaux de type méditerranéen, venus probablement par le Portugal et l'Espagne s'établissent en Vendée et en Charente.

Entre -4 000 et -3 800, des Rubanés de type Danubien, originaires du Bassin Parisien, s’installent en Bretagne. Le mélange de ces deux peuples donne naissance à la civilisation des mégalithes. Entre -3 800 et -3 400, les Rubanés dominent les côtes atlantiques et y construisent de longs tertres funéraires. Entre -3 600 à -3 200, c’est le début des constructions de menhirs et dolmens le long des côtes atlantiques.

Ces types de sépultures se retrouvent en Vendée à Bazoges en Pareds et à Auzay. De nombreux tumulus sont aussi découverts à Bougon et à Prisse la Charrière en Deux Sèvres.

Les hommes construisent aussi des Cromlechs comme le site de Stonehenge en Angleterre dont le début de construction date de -2 900 ans.

Il est probable que ces Cromlechs servaient de calendrier solaire et lunaire pour l’agriculture, fêtes religieuses et peut-être de sacrifices. Les menhirs comme les dolmens servaient de stèle.

La sédentarisation est un facteur d’explosion de la démographie. A la fin du paléolithique, vers -10 000 ans,  la France compte environ 500 000 individus. Vers -3 000 ans, la population française passe environ  à 5 millions d’individus.

 

La période des campaniformes

Elle apparait en Europe au cours du 3ème millénaire et se situe entre le Néolithique et l’âge des métaux en Europe. Cette période correspond au Chalcolithique ou l’âge du cuivre. Le nom  de cette civilisation tient à la forme en S d’un vase. On retrouve de nombreux sites sur les côtes vendéennes.

Les campaniformes sont des sociétés agricoles mais contrairement à leurs ancêtres, l’organisation de la société obéit à des règles strictes. Les rites funéraires sont aussi très ordonnés. Les sépultures sont individuelles et l’orientation des corps dépend du sexe, les hommes ont leur tête fixée vers le nord alors que les femmes regardent vers le sud. On y dépose des armes et un gobelet.

Il existe une véritable idéologie campaniforme avec des valeurs centrée sur le prestige, le pouvoir et un réseau de communication qui se démarque des autres sociétés de l’époque. L’Origine de cette culture est à ce jour inconnue.

On doit à ces campaniformes la construction du site de Stonehenge en Angleterre. Le fameux Otzi retrouvé dans les glaces fait certainement partie de cette culture.

Carte europe campaniforme

Plusieurs centaines d’années après le Moyen-Orient, la France entre dans l’âge des métaux vers -2 500 avec l’usage du cuivre puis le bronze à partir de – 1 500.

Sous l’effet de la culture campaniforme et de la métallurgie, la société se centralise et se hiérarchise. Le Bronze se fabrique en mélangeant de l’étain et du cuivre. Le Médoc et la Bretagne  deviennent des foyers de commerce important de haches de bronze en partance vers l’Angleterre et l’Espagne.

La France du 2ème millénaire avant JC est constituée d’une myriade de peuples pour la plupart provenant d’invasions indoeuropéennes comme les Aquitains, les Armoricains et les Ligures.

 

Le peuple des Ligures

Vers -1 800, un empire se fonde au sud est de la France et dans le nord de l’Italie, les Ligures. Venant de Russie ou de la mer noire, ils construisent de nombreux villages lacustres sur les bords des lacs alpestres et sur les rives  de la Méditerranée. L’empire s’écroule vers -1100 sous les assauts des Italiotes (autres peuples indoeuropéens), des Korsi venus de Corse et des peuples de la mer puis suite aux incursions des premiers celtes et des Ibères.

Leur déclin amène un nouvel âge, celui du fer et des invasions celtes sur toute l’Europe.

 

La vie semble paisible dans la France de l’époque et pourtant bientôt l’arrivée d’un nouveau peuple va bousculer cette tranquillité. Ce sont les Celtes dont les premières incursions en France datent d'environ 1 000 ans avant nortre ère.