CHRONISTOVISION MONDIAL

L'Angleterre victorienne

L’Angleterre a vaincu Napoléon et a colonisé de nombreux pays du monde. C’est la plus grande puissance mondiale de l’époque. La reine Victoria est la dernière grande reine souveraine de la Grande Bretagne.

 

La reine Victoria arrive au pouvoir

La dynastie des Hanovre est au pouvoir en Angleterre depuis 1715 depuis l’écartement du roi Jacques Edouard Start.  Victoria est couronnée le 20 juin 1837 après la mort de Guillaume IV. Ce dernier avait conduit une vague de réformes  politiques ambitieuses : droit de vote, élection des conseils municipaux et mêmes droits civiques étendus aux catholiques.

La Grande Bretagne est dominatrice économiquement et militairement. Elle est à son apogée. Les révolutions en Europe de 1848 ne touchent pas l’Angleterre qui avait déjà réformée son organisation politique. A partir des années 60, le monde ouvrier est très pauvre et les grèves et mêmes révoltes se multiplient. Il faut attendre le début du 20ème siècle pour que des mesures sociales soient prises notamment sous l’impulsion du parti travailliste et des libéraux comme Winston Churchill.

En 1846, l’Irlande connait une grande croissance démographique. Les fermiers spécialisés dans la culture de la pomme de terre voient leurs récoltes détruites par des maladies. La famine ravage l’ile durant 3 ans. L’Irlande sous domination anglaise demande des aides au Gouvernement londonien. Ce dernier refuse et envoie l’armée pour réprimer durement les soulèvements. Plus d’un million d’Irlandais meurent de faim et plus de 3 millions émigrent notamment en Amérique. Les sentiments nationalistes ressurgissent. Ils agissent clandestinement parfois dans la violence face à une répression implacable et ce  jusqu’en 1921 et l’accès à l’indépendance.

La reine Victoria poursuit la colonisation du monde. La compagnie des Indes est dissoute en 1858 après la révolte des Cipayes (soulèvement populaire des Indiens contre la compagnie anglaise). La reine nomme un vice roi en Inde et devient Impératrice des Indes en 1876. Les colonies de Singapour et Hongkong sont cédées à l’Angleterre pour un bail de 99 ans.

En Afrique, la Grande Bretagne, la France et l’Allemagne sont en lutte pour coloniser les territoires. L’Egypte passe sous domination anglaise en 1882 afin de contrôler le canal de Suez construit en 1869 par le Français Ferdinand de Lesseps. En 1904, l’entente cordiale entre la France et la Grande Bretagne est conclue pour contrer les velléités coloniales allemandes. La Russie y adhère en 1907.

En 1887, les colonies au Canada en Australie, en Nouvelle Zélande et en Afrique du sud deviennent des entités autonomes au sein de l’empire britannique. Il faut attendre la fin de la 1ère guerre mondiale pour qu’ils deviennent indépendants.

 

L’Afrique du sud entre les Boers et les Anglais

A part quelques colonies implantées au Cap notamment par des Hollandais, les Boers, l’Afrique du sud est occupée par le peuple Zoulou conduit par leur souverain Tshaka.

A partir de 1806, les Boers subissent la domination de l’armée britannique qui les oblige à abandonner l’esclavage très répandu à l’époque par les colons fermiers. En 1837, 5000 Boers quittent le cap pour s’installer à l’intérieur du pays. Ils entrent en conflit avec les Zoulous. Ces derniers tuent le chef des Boers  mais sont battus à la bataille de Bloodriver en 1838, écrasés par les armes à feu. Les Boers fondent la république du Natal aussitôt annexée par les Britanniques.

A partir de 1850, la Grande Bretagne reconnait l’indépendance de la république du Transvaal fondée par les Boers. La découverte de diamants et d’or attirent toutes les convoitises. Les Britanniques annexent le Transvaal en 1877 mais sont défaits par une révolte des Boers.  La guerre entre les deux camps dure sur plus de 30 ans. A partir de 1902, les Britanniques sont maitres en Afrique du sud et laissent une petite autonomie aux Boers dans le Transvaal.

 

L’indépendance de l’Irlande

Depuis le moyen-âge, le nationalisme irlandais lutte pour son indépendance vis à vis de la Grande Bretagne et de sa monarchie.

Profitant de la guerre 14-18, le mouvement indépendantiste « The Sinn  Fein » organise une insurrection à Dublin en 1916 et proclame la République. Le soulèvement est un échec, les chefs sont exécutés ou emprisonnés. La lutte armée continue et s’appuie sur une certaine popularité.

En 1918, Eamon de Valera fonde un gouvernement irlandais clandestin puis se constitue en 1919, l’IRA (armée républicaine irlandaise) sous l’impulsion de Michael Collins. En 1921, un traité anglo-irlandais accorde une large autonomie à l’Irlande mais les 6 comtés de l’Ulster à majorité protestante restent attachés à l’Angleterre. Le 6 décembre 1922, la nouvelle constitution est adoptée. Le traité anglo-irlandais divise le pays en deux, l’Irlande du sud devient indépendante mais devient un dominion de l’Angleterre, c'est-à-dire qu’elle reste membre du Commonwealth. La République est donc impossible  et l’Ulster reste sous domination anglaise.

Les indépendantistes radicaux menés par Eamon de Valera refusent la scission et crient à la trahison tandis que le chef du Gouvernement Irlandais Cosgrave est partisan du compromis. L’IRA se scinde en deux, Collins est partisan du compromis contrairement à Valera. Les radicaux veulent poursuivre la lutte armée mais perd la popularité de leur action. En 1922, Collins est tué dans un combat armé. Son assassinat reste encore aujourd’hui mystérieux.

En 1923, Valera cherche à conclure une trêve mais les attentats se poursuivent jusqu’en 1930. L’IRA devenue ultra minoritaire est alors interdite. En mars 1932, Valera devient chef du gouvernement irlandais. En 1937, une nouvelle constitution est adoptée, l’Irlande devient l’Eire. Elle reste neutre durant la 2ème guerre mondiale contrairement à l’Irlande du nord. En 1949, l’Eire quitte le Commonwealth et devient une république indépendante.

×